La popularisation du Mythe de Cthulhu

Visiblement, les cultistes ont gagné. Cthulhu est partout : dans les livres, à la télé, dans les jeux, à la radio… même en politique. Serait-ce l’avènement de son emprise sur notre monde ? Sombrerons nous bientôt dans la folie et la destruction ? Mais surtout, comment expliquer cette popularité toujours grandissante ?


En 1928, H.P. Lovecraft publie L’Appel de Cthulhu dans le magazine Weird Tales. Cette nouvelle présente une créature gigantesque à tête de poulpe, inconcevable et plus ancienne que tout ce que connaît l’être humain.

adc 2015
L’Appel de Cthulhu, suivi de Notes sur l’écriture de la fiction surnaturelle. Ed. Points 2015

C’est la première fois que Cthulhu apparaît. Avec lui est dévoilé un culte immonde, voué au réveil du Grand Ancien (c’est ainsi que semble se nommer l’espèce divine dont Cthulhu fait partie). D’autres nouvelles de Lovecraft contribuent également au Mythe de Cthulhu et à sa cosmogonie. De très nombreuses créatures cauchemardesques y pullulent et, chez les humains normaux, sa simple connaissance suffit à provoquer la folie. Pourtant, certains passionnés d’archéologie, de sciences ou de découvertes s’intéressent tout de même de très près au monstre. Ce fut le cas par exemple du Professeur Angell, puis de son petit-neveu, l’anthropologue Thurston dans l’œuvre originelle.

C’est sur ce principe que se base notamment l’une des œuvres ayant remis le Mythe de Cthulhu au goût du jour depuis 1981, j’ai nommé le jeu de rôle L’Appel de Cthulhu. Les personnages qu’interprètent les joueurs y sont confrontés à des horreurs indicibles, mais continuent d’avancer en étant justement propulsés par cette soif de connaissance.


De Stephen King à Metal Hurlant, en passant par Marvel, nombre d’artistes ont été inspirés ou influencés par l’œuvre de Lovecraft et ont été le principal vecteur de popularisation du personnage de Cthulhu. D’ailleurs, Lovecraft lui-même n’avait pas, à proprement parler, bâti noir sur blanc le Mythe. cthulhu gifCe sont ses successeurs écrivains qui l’enrichirent et lui donnèrent sa forme actuelle en y ajoutant une structure fixe. Ils créèrent  par exemple d’autres Grands Anciens, comme Hastur et Ithaqua, ajoutés par August Derleth.

Beaucoup d’illustrateurs et de vidéastes participèrent également à la connaissance du Grand Ancien par le grand public. C’est ce côté visuel et populaire du monstre qui, selon moi, acta définitivement sa présence, et ce notamment sur internet. Un très grand nombre d’internautes le connaissent désormais, expliquant l’apparition de memes le mettant en scène.

En revanche, peu sont ceux à avoir réellement lu ne serait ce que quelques phrases de Lovecraft. Même parmi les joueurs du jeu de rôle. Pourtant, la lecture des originaux permet non seulement de mieux appréhender l’univers créé par l’auteur lui-même, mais aussi de profiter de son style si particulier, qui donne toute sa saveur aux écrits. La folie y est dessinée avec précision, l’ambiance chargée de mystère et de doutes, l’Innommable approché avec révérence et l’impensable sublimé…

Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici un extrait tiré de La Couleur tombée du ciel 1 :

Il faisait très sombre à l’intérieur, car la fenêtre était petite et à demi condamnée par de grossiers barreaux de bois ; de sorte qu’Ammi ne distingua rien sur le plancher. L’odeur nauséabonde était insoutenable et avant d’aller plus loin, il dut battre en retraite dans une autre pièce pour revenir les poumons pleins d’air respirable. Quand il entra enfin, il aperçut une forme noire dans un coin, et l’ayant distinguée plus clairement, il se mit carrément à hurler. Ce faisant il lui sembla qu’un nuage éclipsait  un moment la fenêtre et une seconde plus tard il se sentit frôlé par une immonde bouffée de vapeur. Des couleurs étranges dansèrent devant ses yeux […].

Je vous invite aussi à écouter le podcast de France Culture, où est lue la nouvelle Celui qui chuchotait dans les Ténèbres. Le texte est lu merveilleusement bien et l’ambiance est au rendez-vous, nous immergeant davantage dans le mystère et l’horreur du récit.


1 The Colour out of Space, 1927. Traduit de l’américain par Jacques Papy et Simone Lamblin, ©Éditions Denoël.
Sources image : Dijubando.net, Giphy, Éditions Points.

Publicités

Un commentaire sur « La popularisation du Mythe de Cthulhu »

  1. Merci pour ton article qui me donne envie de me replonger dans l’univers de Lovecraft. Je vais aller écouter les podcasts…de ce pas;)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s