Nouvelle – « La Lettre jaune » > Mathes

Pour Mathes Tommson, c’est la renaissance, annonce la présentatrice, il nous dévoile son nouveau projet artistique, censé écarter la menace pesant sur lui. En effet, malgré qu’il soit le fils du multimilliardaire Sevus Tommson, il n’est pas épargné par la loi Marell, condamnant les personnes inactives et non-productives. À deux semaines de son procès, le fils Tommson paraît très confiant et assure qu’il présentera une œuvre capable de le sauver haut la main de l’Exclusion.

Mathes éteint la télévision. Il s’affaisse dans le luxueux canapé en soupirant et tourne la tête en direction de la fenêtre de l’immense appartement. Dehors, en contrebas, règne l’agitation habituelle de Sigan, la capitale ouvrière. Du haut des quarante étages de la tour de son père, on peut néanmoins apprécier le silence et le calme. Les nuages de fumée dépassent des cheminées et auréolent l’ensemble de la cité comme autant de soupirs d’hiver. Les véhicules sont pareils à un million de minuscules fourmis.

Mathes reste songeur. Il est inquiet et empli de doute. Hier, il l’a reçu. La convocation disgracieuse à son propre déshonneur, à sa propre déchéance. Quel indignité que le propre fils du milliardaire le plus connu du pays ne soit pas capable de respecter cette règle fondatrice. Il avait pourtant été bercé en étant immergé dans le labeur de son père, entièrement occupé à construire son empire financier de ses dix doigts. Il ne lui parle plus d’ailleurs, depuis qu’il a reçu sa convocation jaunâtre.

• • •

La date de révélation de la grande œuvre de Mathes Tommson approche et on en sait toujours très peu. Selon nos informateurs, il semblerait qu’il préparerait une statue dans le plus grand secret et devrait en dévoiler davantage dans sa conférence. Notre correspondant Lud Gilak est en direct de la Tour Tommson.

Ici, il y a peu d’activité. Rien n’est divulgué au public. On ne sait donc pas ce qu’il se passe à l’intérieur, ni ce que le fils Tommson prépare exactement. Les vigiles ne connaissent bien sûr aucun détails et empêchent toute personne d’entrer dans le bâtiment.

Merci, Lud, nous vous recontacterons lorsque…

Mathes éteint la télévision. Dans quelques minutes, il donnera une conférence de presse – sa première – pour révéler des nouvelles sur sa production. D’ailleurs comment est-ce que ces vautours ont su qu’il voulait tailler une statue ? Peu importe, à vrai dire. Le temps est compté. Il faut qu’il se dépêche, car il ne dispose que d’une semaine pour finir. Cela va passer, mais juste. Il ne lui reste que les détails à finir. Appuyer les expressions, affiner les contours, soigner les formes.

Il espère que le public l’accueillera bien. Il fait tout pour. Pendant des mois, il a analysé quelles œuvres étaient davantage appréciées afin de s’y intégrer au mieux. Choquer, mais pas trop. Penser, mais pas trop. Briller, mais pas trop. L’alchimie est complexe, mais il pense pouvoir y arriver. Sa statue représentera un héros d’autrefois, une tradition qui rappellera les grandes heures de l’Histoire. Elle inspirera autant qu’elle ravira et, lorsqu’on la regardera, on appréciera la simplicité subtile des formes. La beauté est affaire de goût, mais il y a des évidences communes.

Songeur et torturé, Mathes ne sourit pas. Il navigue dans les couloirs, jusqu’à l’ascenseur. Dedans, il regarde son visage triste et cerné dans le miroir. Alors que la cloche annonçant l’arrivée de la cabine à l’étage voulu retentit, il soupire. « Allez, revêtons notre masque. » pense-t-il. Ses traits se tendent, alors que les portes s’ouvrent sur la foule de journalistes armés. Lorsqu’il se retourne, son sourire supérieur habituel est déjà apparu.

Voilà donc Mathes Tommson, souriant comme toujours, qui sort de l’ascenseur de la Tour de son père pour enfin s’adresser publiquement à la presse ! Je rappelle que pour l’instant, nous n’avons aucune informations exactes sur la teneur de son projet artistique, même s’il semblerait que ce soit une statue. La conférence d’aujourd’hui devrait donc nous en apprendre plus. Il s’avance vers le micro et s’apprête à parler. Écoutons le.

– Merci d’être venu aussi nombreux. Je serais bref et je ne répondrai à aucune question.

On entend beaucoup de protestations s’élever alors que le fils Tommson annonce ne vouloir répondre à aucune question. Peut-être veut-il…

– Comme certains de vos confrères l’ont déjà dévoilé, l’œuvre qui sera présentée dans une semaine exactement est une statue. Elle se nomme L’Aventurier de la Caverne et sera dévoilé dans le cadre de mon audition par la Cour Supérieure. Merci à tous.

Les protestations s’élèvent de nouveau et des questions fusent à travers la salle mais Mathes Tommson se redirige vers les portes de l’ascenseur. Mr. Tommson ! Vous avez l’air confiant, mais êtes-vous certain que l’œuvre plaira à un public suffisant ?

Les portes se referment derrière le dos de Mathes et son sourire s’efface instantanément. Il paraît encore plus fatigué qu’avant. Les journalistes, les flashs, les cris… jamais il n’a demandé cela. Il a simplement fallu qu’il naisse dans la famille la plus riche du pays. Il aurait pu disparaître dans l’anonymat, trouver une petite vie tranquille, avec une petite femme jolie, mais tout est compliqué. Tout le monde le regarde, il ne peut pas sortir de chez lui sans se déguiser en mendiant et, lorsqu’il le fait, les écrans publicitaires affichent tout de même les dernières nouvelles le concernant dans toute la ville. Finalement, se barricader dans son atelier n’est pas une si mauvaise chose.

• • •

Demain aura lieu le procès de Mathes Tommson pour inactivité. Six jours auparavant, il a brièvement annoncé ce dont il en retournait quant à son œuvre en cours. Il s’agira donc d’une statue portant le nom de L’Aventurier de la Caverne. Elles sera présentée demain, lors de son audience avec la Cour Supérieure. Rappelons que son inactivité remonte tout de même à plus de sept ans. Sa dernière activité consistait à tenir les comptes de son père dans le cadre…

Mathes explose la télévision. Son bras est tendu, le canon de son arme est encore fumant. Il prend la pose ainsi quelques secondes puis la jette dans les débris et les flammèches. « Ils vont l’avoir, leur production. Ils vont l’avoir ! » crie-t-il. Il se tourne avec violence vers sa statue, achevée. Ou presque. Il lui manquerait peut-être un petit impact de balle entre les deux yeux. Il attrape à nouveau le revolver, ignorant la chaleur des flammes grossissantes, et le pointe vers son œuvre. Haletant, il hésite.

La minute est suspendue.

Il braque violemment son arme contre sa tempe et ferme les yeux. Son doigt frôle la gâchette, et au moment où il commence à appuyer, au ralenti, comme dans un film, ses muscles se détendent et le canon se dirige vers l’autre bout de la pièce. Le coup de feu retentit. Dans le mur du fond de l’atelier, un trou s’est formé. La balle a transpercé un document épinglé au mur.

Une Lettre jaune.

• • •

Aujourd’hui, nous sommes en direct du palais de justice, où Mathes Tommson, le fils du milliardaire Sevus Tommson est jugé, parmi d’autres accusés, pour inactivité. Le Juge ouvre la séance en énonçant les accusés, leur âges et leur chefs d’accusation. Écoutons le.

« En ce dix-sept novembre de l’année en cours, la Cour Supérieure juge l’inactivité des individus suivants : Vigor Mashkul, cinquante-six ans, inactif depuis dix ans, un mois et neuf jours. Ilda Karov, vingt-huit ans, inactive depuis neuf ans, dix mois et treize jours. Mathes Tommson, vingt-cinq ans, inactif depuis sept ans, huit mois et seize jours. Jules Tyrho, dix-neuf ans, inactif depuis douze ans et vingt-quatre jours. »

Les jurés se rassoient simultanément, dès que le Juge eu touché sa chaise. Le premier accusé est un certain Vigor Mashkul. C’est une sorte de vieux poète, complètement conservateur. Un vieux croûton qui essaye d’imposer sa vision étriquée de la littérature. Sa condamnation était vite faite.

Quelques minutes après qu’il eut été évacué de la pièce, la jeune fille à côté de moi se leva à l’appel de son nom. Son avocat n’est pas mauvais, il essaye vraiment de la défendre, même si c’est assez peu efficace. Le Juge lui lance finalement la phrase fatidique « Autre chose à dire pour votre défense ? » et elle sort un manuscrit de roman de son sac. Il le feuillette attentivement avant de le faire passer aux jurés. Il lui pose quelques questions auxquelles elle répond avec hésitation. Enfin, il demande le nouveau verdict des jurés au regard de cette nouvelle production. Ce n’est pas assez, cela ne plaît pas. Elle aussi est condamnée.

C’est maintenant au tour du fils du milliardaire d’être examiné par la Cour Supérieure. Notons tout de même l’absence de son père dans l’assistance, sûrement occupé par une nouvelle affaire de sa vie passionnante.

Mathes se lève, son masque au visage. Son avocat le défend très bien, c’est assez logique, au vu de ses honoraires. Les jurés discutent entre eux, ils semblent tout de même sceptiques, peut-être veulent-ils faire un exemple en condamnant une personnalité. Le Juge annonce alors que le verdict dépendra exclusivement de la qualité de l’œuvre présentée. Tous les regards se tournent maintenant vers Mathes puis vers le drap recouvrant sa statue. Le sourire au lèvres, il se retourne et d’un geste sec, retire le drap recouvrant l’aventurier.

Aucun bruit, les gens semblent observer la statue avec attention. L’homme sculpté est torse nu, dans une position suggérant qu’il est en train de se relever et de se retourner. À côté de lui, un autre homme est assis en tailleur, il semble être fatigué et regarde devant lui. L’aventurier qui se lève a la main sur son épaule, et un sourire au lèvre, on dirait qu’il a compris quelque chose.

Après ce moment de silence suspendu dans l’éther, l’ensemble de la salle se lève et applaudit. Mathes écarquille les yeux et s’incline pour saluer. Lorsqu’il se redresse, il a pour la première fois ôté son masque. Et il sourit.

— Meseer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s