La popularisation du Mythe de Cthulhu

Visiblement, les cultistes ont gagné. Cthulhu est partout : dans les livres, à la télé, dans les jeux, à la radio… même en politique. Serait-ce l’avènement de son emprise sur notre monde ? Sombrerons nous bientôt dans la folie et la destruction ? Mais surtout, comment expliquer cette popularité toujours grandissante ?

Lire la suite →

Scénario – À la Dérive

À la Dérive

Un jeu conçu par Meseer

Meseer Verse Février 2018

Je vous présente un de mes premiers scénarios, que j’ai ensuite un poil adapté pour mon système « Chance ou mort » (qui est d’ailleurs toujours en test, soyez indulgents). Le scénario était à la base conçu pour 4 personnes (en comptant le MJ*), mais aisément jouable à 5. Il s’adresse autant à des joueurs expérimentés que novices, car le système est simple, ne demande aucune préparation et ne dure pas très longtemps (environ 2h30).
Lire la suite

Donner envie de faire du Jeu de rôle

Toute ma vie, j’ai instinctivement transmis mes passions. Qu’ils soient passagers ou bien ancrés, ces passe-temps ont toujours entraîné des personnes dans leur sillage. Bien sûr, ma pratique du jeu de rôle n’a pas dérogé à la règle.

D’abord, parce que c’est une activité fondamentalement sociale. On se regroupe autour d’une table, on a des interactions non-digitalisées (quelle innovation !) et on s’amuse, entre amis. Alors, obligatoirement, lorsque l’on se lance dans le JdR*, on emporte des gens au passage, ne serait-ce que pour une fois. Que ce soit par conviction ou par nécessité, on embarque des gens.

Lire la suite →

Inspiration – Les cours et passages cachés

Derrière une porte cochère banale, après un porche discret, à seulement une poignée d’être atteints, le calme et la tranquillité parsèment les villes. Des lieux hors du temps se tiennent là, immobiles et patients. Il suffit de passer une porte pour s’enfoncer instantanément au cœur d’un autre univers, diamétralement opposé. La crasse grise des immeubles laisse place aux vignes et autres plantes grimpantes. Le son des moteurs s’effacent en un clin d’œil, et lorsque les paupières se rehaussent, c’est un sourire qui est apparu.

Lire la suite →

Culture et jeu de rôle – « La technique des dimensions »

Je m’attaque à un gros morceau. Dans cet article, j’aimerais montrer en quoi l’analyse interculturelle peut amener à mieux comprendre et à mieux simuler les interactions des personnages dans un Jeu de rôle*. Pas d’inquiétude, je vais essayer d’éclairer ma pensée en vous présentant ce que j’ai appelé « la technique des dimensions ».

Lire la suite →

Nouvelle – « La Lettre jaune » > Vigor

Sigan, le 21 octobre

Chère Elyz,

Je n’arrive pas à m’enlever de la tête l’inéluctable sort qui m’accable. Bientôt, ce ne seront plus tes lettres immaculées que je recevrai, mais plutôt une lettre immonde et jaunâtre. Une lettre qui mettra fin à ma vie parmi les personnes normales. Les autorités semblent curer une nouvelle fois la société des personnes inutiles.

Je m’excuse de la franchise subite de mes phrases, mon amour. Pourtant, c’est avec un cœur chargé en émotion que je t’écris. On m’a récemment informé de l’imminence d’un nouveau procès pour inactivité, et j’ai de fortes raisons de penser que j’y prendrai part. Malheureusement, ce ne sera pas en tant que juré.

Lire la suite →

Nouvelle – « La Lettre jaune » > Mathes

Pour Mathes Tommson, c’est la renaissance, annonce la présentatrice, il nous dévoile son nouveau projet artistique, censé écarter la menace pesant sur lui. En effet, malgré qu’il soit le fils du multimilliardaire Sevus Tommson, il n’est pas épargné par la loi Marell, condamnant les personnes inactives et non-productives. À deux semaines de son procès, le fils Tommson paraît très confiant et assure qu’il présentera une œuvre capable de le sauver haut la main de l’Exclusion.

Mathes éteint la télévision. Il s’affaisse dans le luxueux canapé en soupirant et tourne la tête en direction de la fenêtre de l’immense appartement. Lire la suite →

Nouvelle – « La Lettre jaune » > Ilda

La ville est pleine de personnes pressées. Elles s’affairent à une quelconque activité forcée et souvent dépourvue de sens, qui me laisse indifférente. La fumée du travail est un habitacle, dans lequel on apprend à vivre, puis que l’on oublie avec le temps et les enseignements. Ce sont ces enseignements de professeurs qui se veulent guides spirituels de nos vies suractives, qui se croient être la lumière de l’intégration sociale face à la paresse latente des jeunes. « Travailler est la seule chose qui compte », disaient-ils. Lire la suite →